Tout savoir sur le Sencha 

sencha-vrac

 

Le « sencha » signifie thé infusé en japonais. C’est le plus connu en Occident, il est le plus cultivé au Japon (78%).  Le thé vert représente 18% de la consommation mondiale. Les grands thés verts sont parmi les plus cher au monde. Pour anecdote, le thé le plus cher au monde pousse dans la bouse de panda et coût 27 000€ les 500g. Dans le monde il existe 2500 thés verts différents, plus que le vin.

 

 

Production des feuilles pour le thé sencha

Les champs de thé sont exposés en plein soleil. Les jeunes et moyennes pousses sont récoltées à la machine puis torréfiées à la vapeur d’eau pendant 10 à 30 secondes. Le thé vert japonais est de meilleure qualité que le thé vert chinois car la vapeur permet de garder un maximum de nutriment essentiel pour la santé. En Chine les feuilles sont torréfiées à très haute température dans des poêles.

sencha-roulage-feuilleLes feuilles sont ensuite séchées à l’air chaud puis roulées à la main, cela permet d’ouvrir les cellules des feuilles et de conserver ses vertus médicinales. À ce stade il est appelé « ara-cha » : il ne reste que 5% d’humidité dans les feuilles. Les producteurs le vendent ainsi aux grossistes qui vont finir la préparation du produit. Les feuilles sont à nouveaux trier pour garder que le meilleur, et subissent une dernière phase de séchage appelé « hi-re » pour arriver à moins de 3% d’humidité.

 

Au final, deux sortes de thés apparaissent. Le premier « futsu mushi sencha » est créé d’une manière traditionnelle, étuvé 30 secondes, il a eu liqueur jaune-verte translucide, parfumé. Le second « fuka-mushi sencha » est étuvé entre 45 secondes et 2 minutes, les feuilles sont décomposées, le thé est très vert, avec un fort goût mais peu parfumé.

sencha-vrac-2

À la vente, les feuilles sont mélangées à différents éléments de l’arbre à thé pour garder une récolte homogène à l’année. La première récolte a lieu de mars à mi-mai, c’est la plus cher et la plus exceptionnelles.

Le Japon consomme toute sa production de thé. Il est dans l’obligation d’importer du thé du Vietnam et de Chine, de faire fabriquer là bas par exemple le sencha selon les méthodes traditionnelles japonaises, une fois au Japon il est rarement signalé qu’il est fabriqué ailleurs.

 

Les feuilles à Sencha sont longues, fines et enroulée comme ci-dessous. 

sencha-feuillesencha-feuillesencha-feuillesencha-feuillesencha-feuille

Histoire du Sencha

Il existe plusieurs version de l'origine du sencha. Nous allons vous en raconter deux.

1) Ingen Ryûki est le pionné du thé à macéré, arrivé au Japon en 1654, il emmène avec lui la zénitude de son pays : la Chine. À Kyoto, il partage le sencha dans les rues qui permis de démocratiser cette boisson. À l’époque la cérémonie du thé est très importante et respectée, cette manière de vendre du thé dans la rue permet d’apporter une simplicité à ce rituel.

2) Tout aurait commencé en 1738, le producteur Nagatani Sôen, dans la région d’Uji, Kyoto, aurait inventé la recette du Sencha.

C’est surtout à la deuxième partie du 19e siècle que le sencha se développe, principalement à l’exportation vers les États-Unis. À cette époque, le thé est le deuxième secteur économique du pays, juste derrière la soie.   Avant le 17e siècle le sencha était fabriqué par décoction. Depuis il est fabriqué par massération. « Sencha » signifiant « grillé » est finalement faux, les amateurs de thé l’appelle « encha » : le thé à macérer.

 

sencha-tasse

Consommer du Sencha

Le sencha se déguste en petit groupe au Japon, par tradition il se boit frais en été. Il sert de base pour préparation aromatisée comme le thé au chocolat.

Bienfaits

Afin de bénéficier du maximum des nutriments du sencha, il faut alterner entre la première et la deuxième récolte, mais aussi changer de marque, de domaines et de types de thés. Sinon, le corps s’habitue et les bienfaits se retrouve amoindrit. Le sencha a quatre fois moins de caféine que le thé noir.