Le théier et toute son histoire

 

Où est né le théier ? Comment est-il arrivé en France ? Où pousse-il ? Existe-t-il plusieurs variétés ? Existe-il encore des théiers sauvages ? Nous allons répondre à toutes ces questions dans cet article.

 

L’origine du théier

jungle-d-assam-theierDes ouvrages ont donné la preuve de la consommation du thé, qui remonte au VIIIe siècle avant JC, notamment dans la province du Yunnan en Chine. Les Européens ont découvert « l’arbre à thé » au milieu du XVIIe siècle et il est vite devenu un marché florissant avec les chinois. Les Européens ont cherché à percer le secret de ce breuvage, dont les chinois détenaient le monopole absolu. Il faut attendre le XIXe siècle pour que le botaniste Robert Fortune et le major anglais Robert Bruce pour trouver un théier sauvage dans la jungle d’Assam.

 Plusieurs variétés de théier

Il faut savoir que le théier regroupe 30 genres de plantes et plus de 500 espèces. Le plus commun est connu sous le nom de Camellia, il est recensé plus de 82 variétés.

Il existe 3 variétés principales de théier :

Le camellia sinensis sinensis

Le camellia sinensis assamica

Le camellia sinensis cambodiensis 

Ces 3 types de théier ont hybridé ensemble soit d’une manière naturelle soit déclenché par l’homme pour donner naissance entre 300 et 600 espèces.

 

Les caractéristiques de ces 3 variétés de théier : 

feuille-theier





Le Camellia sinensis variété Sinensis est le théier qui provient du Yunnan en Chine.

-       Il atteint 6 mètres de hauteur

-       Ses branches sont souples et droites, dressées depuis la base du tronc

-       Une floraison abondante

-       Ses feuilles sont épaisses, petites et vertes foncés

-       Robuste, il résiste à la sécheresse et aux gelées

-       Tolérante aux basses températures, il est cultivé au Japon, en Chine, en Ex-URSS, en Iran, en Turquie

-       Son thé est parfumé avec peu de corps

-       Sa durée de vie peut atteindre 100 ans en Darjeeling, en Nilgiri et à Sri Lanka.

 

Le Camellia sinensis variété Assamica provient d’Assam en Inde.

-       Il atteint entre 10 et 15 mètre de hauteur

-       Ses branches sont ramifiées, raréfiées et un tronc distinct

-       Une floraison clairsemée

-       Ses feuilles sont souples, grandes (20 cm de long), brillante, de couleur claire et une texture épaisse

-       Il craint la sécheresse, les gelées, les nuisibles et les maladies

-       Résiste aux fortes pluies, aux moussons

-       Sa liqueur est charpentées, a de la force et elle est pleine de couleur

-       Sa durée de vie est entre 30 et 50 ans

 

Le Camellia sinensis Cambodiensis provient du Cambodge

-       Il atteint entre 6 et 10 mètres de hauteur

-       Ses feuilles sont vert-jaune

-       Il n’est pas cultivé

-       C’est une variété qui s’est hybridée naturellement avec les deux autres

-       Il sert à élaborer de nouveaux cultivars

 

Il existe une multitude de variétés grâce à l’hybridation. En Chine : il est recensé 95 cultivars, au Yunnan : plus de 250 sous-variétés de théiers sauvages et semi-sauvages.

*Cultivar : provient de la contraction de « cultivated » et « variety ».

C’est le résultat d’une sélection, d’une hybridation, d’une mutation naturelle chez les végétaux. Les caractéristiques d’un cultivar ne se transmettent pas d’une génération à l’autre par la semence, elles doivent être reproduites par bouturage.

 

Les théiers sauvages

theier-sauvage-articleNous pouvons encore en trouver dans la région du Yunnan/Myanmar/Laos. Ses arbres peuvent atteindre 6 mètres de hauteur. Très souvent, ils ne s’agiraient que d’anciens jardins de thé du XIXe siècle des peuples tels que les Dai, les Hani, les Bu Nang, puis laissés à l’abandon. Dans ce cas il s’agit de théiers semi-sauvages.

Les théiers sauvages sont devenus très rares, car au XIXe siècle la concurrence entre pays est très forte et ils se mettent rapidement à la culture de théier partout en Asie.

 

Les théiers anciens

La Chine est le berceau originel du théier, notamment dans la forêt du Xishuangbanna au Yunnan. Dans la forêt du Menghai il y a le théier « Bada », il a 1 700ans, il a une hauteur de 32 mètres et son tronc a un diamètre de 1,38 mètre. À côté, dans les montages du Nannuo un théier aurait 800 ans et serait le plus ancien cultivé par l’homme.

Une région concurrente au Xishuangbanna, le district de Fengqing producteur de Pu Er, décrète avoir le théier le plus vaste avec une frondaison qui couvre 68m2 de surface et un âge de 3750 ans. 15 000 hectares de théiers semi-sauvages souvent centenaires, sont présents dans cette région du sud de la Chine.

 

Le climat idéal pour la culture du théier

Dès le XVIIe siècle, les pays européens souhaitent implanter des théiers dans leurs pays. Mais cela n’a pas marché, car le climat et la qualité du sol ne sont pas propices à la culture du théier en Europe.

theier-plantation-monde











Où planter des théiers ?

-      Entre le 42° de latitude Nord et le 31° de latitude Sud

-      Climat équatorial et chaud

-      Entre 70 et 90% de taux humidité constante

-      Quelques heures de soleil par jours

-      Pluies régulières sur toute l’année

-      Deux saisons de pluies et deux saisons sèches (maximum 3mois de sécheresse)

-      Nuits pluvieuses : le théier a besoin de 1500mm d’eau par an

-      Journées ensoleillées

-     Une température constante toute l’année : dans le Yunnan, la température est entre 13 et 25°C toute l’année = cela permet de récolter les feuilles toute l’année

Si la température est inférieur à -5°C pendant plus de 4jours : le théier meurt. La variété Sinensis est plus résistante au froid que l’Assamica.

Si la température atteint 42°C les feuilles de théiers n’absorbent plus le dioxyde de carbone et sont endommagées.

En période de mousson, les feuilles croient rapidement et il est possible de les récolter dans les 5jours qui suivent. Mais les feuilles sont de moindre qualité car les arômes n’ont pas eu le temps de se développer.

À contrario, après la période de sécheresse, la récolte est de qualité.

 

L'importance du sol

racine-theierLa température du sol est aussi importante que celle de l’air, si elle est trop élevée elle fait baisser le taux d’oxygène dans le sol. C’est pour cette raison que l’ombre est très importante dans les cultures de théier. Des arbres sont plantés autour des théiers pour garder les sols à l’ombre, les protéger du vent, des fortes pluies, tout en laissant du soleil aux feuilles du théier.

Le meilleur sol est jeune, volcanique et une acidité Ph entre 4,4 et 5,5. Il peut être d’alluvions récentes (Assam, Dooars), fait de granites ou de gneiss (Chine, Géorgie, Indonésie, Sri Lanka, Darjeeling), de roches ou de cendres volcaniques (Vallée du Rift, Kenya, Ouganda, Burundi).

Le sol ne doit pas être calcaire ou argileux. Les racines doivent pouvoir s’enfoncer de 6 mètres en profondeur, dans une matière perméable riche en humus, en magnésium, en oligo-élément et en potassium. Le sol doit pouvoir garder l’eau en cas de sécheresse. 

La culture du théier se fait en pente comme les vignes, car il ne supporte pas l’eau stagnante. Les reliefs montagneux sont parfaits pour le théier. Certaines cultures atteignent des hauteurs impressionnantes comme à Taiwan, dans le massif des Lishan à plus de 2450m d’altitude. À cause des températures plus faible, la production est moindre mais il y a une meilleure qualité des feuilles : elles sont plus parfumés comparée à celle des plaines.

 

Les feuilles et les bourgeons

bourgeon-fleur-cameliaLe théier alterne entre des périodes végétatives et des périodes de repos. Seul le bourgeon et les deux feuilles qui le suivent sont récoltés. Donc l’un des objectifs de la culture du théier est de maintenir la période végétative permanente pour avoir un plus grand rendement. Lorsque le théier est en phase végétative le bourgeon se forme, grandit et les feuilles se déploient. Avant cette étape, les bourgeons ont un duvet blanc et sont régulièrement récoltés et sont appelés « pekoe », ils servent notamment à la fabrication du thé blanc.

Orange Pekeo n’est pas un thé parfumé à l’orange. C’est un type de cueillette créé par les hollandais du XVIIe siècle afin de rendre hommage à la famille royale les Orange-Nassau, des Pays-Bas.

 

Sur le théier, sur chaque rameau, un bourgeon peut donner jusqu’à 5 feuilles à la suite. Ensuite la plante est fatiguée et traverse une phase de repos. Le bourgeon ne donne plus de feuilles.

fruit-a-coque-theierIl existe une autre phase où le bourgeon se repose, c’est la période hivernale. Dans certaine région très froide l’hibernation peut durer 4 mois. Les premiers bourgeons et feuilles sont puissants en arômes et en huiles essentielles grâce aux températures basses, aux faibles précipitations et à un ensoleillement cumulé sur plusieurs mois.

Contrairement aux périodes des moussons où les bourgeons sont gorgés d’eau à la première récolte.

La fleur du théier donne un fruit coque, à l’intérieur on y trouve des graines rondes et brunes. Elles permettent à la fois l’ensemencement et aussi de fabriquer de l’huile à partir des matières grasses. Cette huile est utilisée en Chine depuis 1000 ans dans l’alimentation. En Inde du Sud, l’huile de thé est utilisée pour fabriquer du savon et des cosmétiques. Elle est aussi utilisée lors de la fabrication du thé vert Long Jing.

 

Source : le guide de dégustation de l’amateur de thé de François-Xavier delmas, Mathias Minet, Christine Barbaste

 

À présent retrouvez tous nos thés et nos assortiments ici