Sachet de thé lapsang souchong thés fumés epicea a l'unithé

Connaissez-vous le Lapsang Souchong?

Spécialité de la province du Fujian et plus particulièrement de la montagne Wu Yi où il est cultivé, le Lapsang Souchong est un thé noir de Chine qui a la particularité de dégager de fortes notes boisées et fumées. C'est un thé qui est toutefois beaucoup plus doux au goût qu'au nez. Les feuilles appelées "souchong" sont les 4ème et 5ème feuilles du théier, assez larges et avec des qualités aromatiques bien moindres que les bourgeons. Après la cueillette commence le processus d'enfumage qui permettra de donner à ce thé ses notes si particulières : les feuilles cueillies sont roulées puis disposées au dessus d'un feu de bois de résineux (pin, cèdre ou épicéa) pour un premier séchage. Puis elles sont à nouveau roulées dans le sens de la longueur et exposées à un second séchage au feu de bois dans des paniers de bambou ou sur des plaques de métal.

La légende raconte qu'au début du 19ème siècle, sous le règne de l'Empereur Daoguang (1821-1851), un producteur de thé avait du céder son entrepôt à une unité de l'armée impériale qui souhaitait y loger, alors qu'il venait de procéder à la cueillette des feuilles. Ne pouvant se résoudre à perdre la récolte et à tout jeter, il eût l'idée de faire sécher les feuilles au dessus d'un feu de bois d'épicéa. Les feuilles absorbèrent la fumée et délivrèrent une liqueur nouvelle et inédite dans le monde du thé chinois. Toutefois les commerçants locaux n'étaient pas friands de ce nouveau thé et le producteur eu l'idée de le proposer aux marchands étrangers qui résidaient dans la capitale du Fujian. Il rencontra un franc succès en Occident et le thé fut baptisé "thé des étrangers" par les chinois comme sa fabrication était principalement dédiée à l'exportation. En Europe, et principalement en Angleterre, on l'appelait Bohea: il devint rapidement un des thés les plus populaires aux côtés du Pekoe et du Pih-haou. Il est d'ailleurs réputé pour être le thé préféré du héros britannique Sherlock Holmes.

Faible en théine et au léger goût de feu de bois, le Lapsang Souchong est un thé qui peu surprendre mais reste un incontournable pour les amateurs. Quant bien même les feuilles récoltées sont des feuilles basses qui n'auraient à offrir qu'un éventail de saveurs limité, le procédé de séchage fait bénéficier à ces feuilles d'un parfum subtil et doux. Sa production est faible et pour faire face à la demande, on trouve aujourd'hui beaucoup de Lapsang Souchong qui sont des thés aromatisés.

Très en vogue pendant toute la première moitié du 20ème siècle, le Lapsang Souchong finit par passer un peu de mode et aujourd'hui il n'est bu que par de véritables aficionados. C'est toutefois un thé qui, nous le pensons, mérite d'être découvert et c'est pourquoi nous vous proposons de tenter l'aventure avec A L'UNITHÉ:

- Lapsang Souchong, maison Dammann Frères. Un thé de Chine aux larges feuilles fumées au bois d'épicéa frais. 3 minutes d'infusion, 90°C.
- Thé fumé, les Jardins de Gaïa. Thé de Chine bio fumé au bois d'épicéa, procédé orthodoxe. 2 minutes d'infusion, 90°C.

Les Lapsang Souchong accompagnent très bien les plats salés et peuvent également vous servir en cuisine : c'est un thé merveilleux pour créer une marinade pour un poulet par exemple.